Historique du ronflement et de l’apnée du sommeil

Un diagnostic dès le 18e siècle

Dès le 18e siècle, certains écrits médicaux français mentionnent déjà un syndrome diagnostiqué : la «tombée de la luette». Il y est question d’une luette enflée, d’un manque de sommeil et d’une santé générale altérée.

Quelques chirurgiens téméraires vont même déjà jusqu’à faire l’ablation de la luette.

Le « Syndrome de Pickwick »… préambule à l’apnée du sommeil

Dès 1956, ce qui sera considéré plus tard associé à l’apnée du sommeil est décrit comme « Syndrome de Pickwick ». Il s’agit d’un trouble qui touche les personnes en surpoids (plus de 120 kilos) et qui provoque l’impossibilité de respirer rapidement et profondément.

En 1965, Henri Gastaut, un médecin spécialiste de l’épilepsie, remarque chez des patients endormis atteints du « Syndrome de Pickwick » des arrêts répétés de la respiration, ce qui sera défini comme les apnées du sommeil.

En 1972, le Dr Christian Guilleminault définit le syndrome d´apnées obstructives du sommeil (SAOS). Il se caractérise par la présence de plus de 5 apnées par heure de sommeil chez le patient. Que celui-ci souffre, ou non, en plus, d’une hypoventilation alvéolaire ou de l’obésité.

La VPPC fait ses débuts en 1981

Pour répondre à ce trouble du sommeil, c’est en 1981 qu’apparait le premier traitement médical contre le syndrome d’apnée du sommeil : la ventilation en Pression Positive Continue (PPC).

Il s’agit d’une technique de ventilation assistée – le patient devant porter un masque chaque nuit relié à un appareil – qui permet de l’aider à mieux respirer et éviter les apnées au cours de son sommeil.

Aujourd’hui, on estime à plus de 100 000 le nombre de patients en France ayant recours à une assistance ventilatoire nocturne en Pression Positive Contenue.

Un trouble qui a touché des grands personnages de l’Histoire !

Parmi toutes les personnes ayant souffertes d’apnée du sommeil, certains ont été particulièrement célèbres ou ont joué un rôle de premier plan dans l’Histoire. C’est le cas, par exemple, de Winston Churchill ainsi que de Napoléon.

Ce dernier, réputé pour peu dormir et se lever plusieurs fois par nuit pour travailler, aurait en fait été atteint du syndrome d’apnée du sommeil. Notamment dans les dernières années de sa vie.

Plusieurs signes iraient dans ce sens, notamment une somnolence importante pendant la journée, une altération de ses capacités intellectuelles ainsi qu’une prise de poids importante sur la dernière période de sa vie.

Référence : Chouard CH, Meyer B, Chabolle F. Napoléon souffrait-il du Syndrome d’Apnées du Sommeil ? Ann. Oto-Laryng. (Paris). 1988 ; 105 : 299-303.

Mots-clés recherchés :

  • histoire de ronflement
  • historique du sommeil