Diagnostique et dépistage de l’apnée du sommeil

Comment savoir si l'on souffre du syndrome d'apnée du sommeil ?

Bien que courant, il est assez difficile de diagnostiquer le syndrome d’apnée du sommeil. D’une part car, bien souvent, la personne concernée ne s’en rend pas compte. Et d’autre part, car il s’agit d’une maladie encore peu connue du grand public.

Quels sont les signes de l’apnée du sommeil ?

Il faut s’inquiéter si plusieurs des symptômes concordent : ronflements sévères, somnolence diurne importante, impression constante de fatigue, maux de tête, etc.

Et à plus forte raison lorsque ceux-ci sont conjugués à des facteurs à risque comme l’obésité.

L’attention doit être également tout particulièrement portée aux hommes souffrant de ces symptômes, puisque la gente masculine est davantage sujette au syndrome d’apnée du sommeil.

Que faire quand on détecte ces symptômes ?

Face à une suspicion d’apnée du sommeil, il est recommandé de consulter son médecin qui pourra utiliser le test d‘Epworth, préconisé dans ces situations, et ainsi déterminer le degré de somnolence diurne du patient.

Vous pouvez également réaliser ce test sur notre site et montrer les résultats à votre médecin.

Néanmoins attention, si ce test sert d’indication et de premier outil de diagnostic, il convient de confirmer si oui ou non le patient souffre bien d’apnée du sommeil.

Lors d’une suspicion d’un syndrome d’apnée du sommeil, il convient de consulter un médecin spécialisé, le sommeil du patient sera alors enregistré en laboratoire ou à domicile.

Pour cela il existe 2 techniques :

  • La polygraphie ventilatoire nocturne

Cette technique consiste à enregistrer les mouvements respiratoires, le débit d’air entrant et sortant par les voies nasales et le taux d’oxygène dans le sang.

La polygraphie a lieu à domicile et nécessite un enregistrement d’au moins 6 heures de sommeil pour être efficace.

  • La polysomnographie

Cette technique est plus complète que la polygraphie car elle permet de fournir des informations sur la qualité du sommeil et de la respiration du patient.

La polysomnographie nécessite de passer une nuit entière dans un laboratoire ou un service spécialisé. La polysomnographie enregistrera l’activité cérébrale (via un électroencéphalogramme), le flux d’air naso-buccal, les mouvements thoraciques et abdominaux (pour déterminer les efforts respiratoires) ainsi que les mouvements des muscles oculomoteurs de manière à identifier la phase paradoxale du sommeil.

Ces techniques permettent de détecter et de déterminer la gravité de l’apnée du sommeil en déterminant, entre autre, le nombre et la durée des apnées du sommeil pendant la nuit.

Si vous êtes diagnostiqué comme souffrant du syndrome d’apnée du sommeil, vous serez alors orienté vers une solution adaptée.

Mots-clés recherchés :

  • apnée du sommeil diagnostic
  • dépistage apnée du sommeil
  • diagnostic apnée du sommeil
  • detecter apnée du sommeil
  • detection apnee du sommeil
  • comment détecter apnée du sommeil
  • diagnostiquer apnée du sommeil